50.50: News

Des femmes protestent contre « la culture du viol et l'impunité » au Sénégal

« On est là pour que la culture du viol cesse, on est là pour que la justice fasse son travail », déclarent les femmes après une série de cas de viol très médiatisés dans le pays

Fatou Warkha Sambe
8 July 2021, 10.13am
Aïssatou Sene s'adresse à la presse lors d'une manifestation le 3 juillet 2021 à Dakar, au Sénégal
|
Fatou Warkha Sambe

Assises en cercle, brandissant des pancartes et portant des t-shirts violets avec l'inscription « Justice pour toutes les Louises », quelques dizaines de féministes sénégalaises se sont réunies samedi à Place de la Nation à Dakar pour protester contre ce qu'elles ont appelé une culture du viol et de l'impunité dans le pays.

Les femmes, et certains hommes, demandaient justice pour une jeune fille de 15 ans, pseudonyme « Louise », qui aurait été violée par le fils de 19 ans d'un journaliste célèbre en mai. Une vidéo de l'incident a été largement vue après avoir été publiée en ligne.

La mère de la victime a porté plainte, mais la police a tardé à agir. Inquiets d'une éventuelle dissimulation, les militants ont lancé fin juin la campagne numérique #JusticePourLouise. Le hashtag a été largement utilisé sur les médias sociaux, tant au Sénégal que parmi la diaspora. Le 29 juin, l'accusé a été inculpé de viol – un mois après l'attaque présumée.

L’événement constitue le deuxième cas de viol très médiatisé au Sénégal ces derniers mois. En février, l’employée d'un salon de massage a accusé le politicien d'opposition populaire Ousmane Sonko de l'avoir violée et menacée. Sonko a été arrêté en mars et des milliers de Sénégalais sont descendus dans la rue pour le soutenir, provoquant de violentes manifestations qui ont fait au moins 10 morts.

La victime, quant à elle, est devenue la cible de harcèlement et a été contrainte de se cacher. Les défenseurs des droits de l'homme craignent que les victimes d'agressions sexuelles aient plus que jamais peur de porter plainte. (Sonko est actuellement en liberté sous caution.)

« Il y a beaucoup de viols au Sénégal, il y a beaucoup de féminicides au Sénégal », a déclaré Aïssatou Sene du Collectif des Féministes du Sénégal, nouvellement lancé, qui a organisé le sit-in de samedi.

« On a vu l’impunité ... On est sorti aujourd'hui pour Louise et pour toutes les Louise du Sénégal. On est là pour que la culture du viol cesse, on est là pour que la justice fasse son travail, et que la loi qui a été votée entre en vigeur ».

Des femmes manifestent place de la Nation à Dakar, Sénégal, le 3 juillet
Des femmes manifestent place de la Nation à Dakar, Sénégal, le 3 juillet | Fatou Warkha Sambe

Le viol a été criminalisé au Sénégal en janvier 2020, à la suite d'une campagne menée par des groupes de la société civile. Auparavant, il était considéré comme une « infraction mineure » avec une peine de prison maximale de 10 ans ; la nouvelle loi fixe un minimum de dix ans et un maximum de vie. Mais la loi n'est pas appliquée, disent les militants.

« Depuis plusieurs années, on note la recrudescence des cas de violences, surtout celle faite aux femmes et aux filles », a déclaré Ndèye Madjiguène Sarr Bakhoum, juriste et membre de l'Association des Juristes Sénégalaises, qui promeut les droits des femmes et des enfants. Selon elle, une meilleure communication et plus de plaidoyer sont nécessaires pour garantir l'application de la loi.

« Nous ne pouvons pas être féministes et nous plaindre dans nos maisons, devant nos télévisions. C’est nous les femmes qui devons prendre en charge ce combat »

La campagne #JusticePourLouise et la manifestation du week-end dernier marquent un changement d'attitude au Sénégal. Des jeunes qui n'avaient jamais été impliquées dans l'activisme féministe auparavant sont sorties pour montrer leur soutien.

« C'est la première fois que je prends part à ces genres de rencontres », a déclaré Lassana Sané, un étudiant. Il a dit qu’il a rejoint le sit-in en solidarité avec les femmes de sa vie. « Chaque année on entend des viols, chaque mois cela continue, et il faut que cela cesse. Je pense qu’il est important que les hommes s'engagent parce qu’on doit soutenir les femmes, cela doit même commencer par nous ».

Abraham Sarr, un fonctionnaire de la ville de Dakar, a également déclaré qu'il était venu soutenir les femmes. Il croit que la lutte contre la violence à l'égard des femmes dépend en fin de compte de l'éducation. « C’est juste un problème d'éducation », a-t-il déclaré. « Éduquons mieux nos enfants - garçon comme fille - à mieux respecter nos filles ».

La sociologue et militante Marie-Angélique Savané, pionnière bien connue du féminisme au Sénégal et sur tout le continent africain, était également présente au sit-in, malgré son état de santé. « On ne peut pas être feministe et se plaindre dans sa maison, devant sa télévision », a-t-elle déclaré. « C’est nous, les femmes, qui devons prendre en charge cette lutte ».

Sene, du Collectif des Féministes du Sénégal, sait qu'il y a encore du travail à faire. « Nous portons ces revendications aujourd’hui sous le slogan #JusticePourToutesLesLouise », a-t-elle déclaré samedi. « Nous tenons à rappeler que le cas de Louise est un cas parmi des milliers … donc on est pour toutes les Louises, on est là pour les Louises qui sont en train de se faire violer au moment où on parle parce qu’on sait qu’au Sénégal il y a quand même trois viols par jour ».

En mai, une femme de 27 ans a été violée, tuée et jetée dans une fosse septique à Louga, dans le nord-ouest du Sénégal. Le même mois, une étudiante universitaire du Congo a été tuée à Dakar.

« Le mouvement feministe est quelque chose qui a existé au Sénégal avant nous; ça ce n'est pas quelque chose de nouveau », a déclaré Sene. « Avec nous, peut-être, notre génération, c’est beaucoup plus amplifié avec les réseaux sociaux … Notre organisation sur les réseaux sociaux ne va pas s'arrêter tant qu’il y aura des victimes ».

Get 50.50 emails Gender and social justice, in your inbox. Sign up to receive openDemocracy 50.50's monthly email newsletter.

Comments

We encourage anyone to comment, please consult the oD commenting guidelines if you have any questions.
Audio available Bookmark Check Language Close Comments Download Facebook Link Email Newsletter Newsletter Play Print Share Twitter Youtube Search Instagram WhatsApp yourData