50.50: Opinion

« Objets, manipulatrices ou provocatrices » : Comment les médias sénégalais dépeignent les femmes

La façon dont les affaires de viols très médiatisées sont traitées montre la nécessité de l’existence de médias féministes, déclare la fondatrice de Warkha TV, une plateforme médiatique de promotion et de défense des droits des femmes

English

Fatou Warkha Sambe
23 September 2021, 10.51am
Illustration: Inge Snip

En début d’année, le Sénégal a été plongé dans émeutes et des manifestations parmi les plus violentes depuis des décennies. À Dakar, la capitale, et dans tout le pays, des milliers de personnes, principalement des hommes, sont descendus dans la rue, brûlant des voitures et des magasins et lançant des pierres aux forces de l’ordre. La police a répondu par la force et on estime qu’au moins dix personnes sont mortes.

Ce ne sont pas les réformes économiques ou les nouvelles mesures contre la pandémie qui ont incité au désordre, mais l’arrestation d’un homme puissant accusé de viol. Bien que les manifestations violentes aient fait sensation dans le monde entier, les médias sénégalais ont été fascinés par quelqu’un d’autre: la femme à l’origine de l’accusation de viol.

En février, une employée d’un salon de massage s’est rendue à la police et a accusé Ousmane Sonko, un populaire homme politique de l’opposition, de l’avoir violée et menacée de mort. Il a ensuite été arrêté en mars – ce qui a déclenché les violentes manifestations – et elle est devenue la cible de harcèlement. (Sonko est actuellement en liberté, sous contrôle judiciaire).

Des photos de cette femme (dont openDemocracy ne donne pas le nom, étant donné le harcèlement dont elle a été victime) ont été publiées dans les journaux et ont fait le tour des groupes WhatsApp. La plupart des médias l’ont dépeinte comme une femme aux mœurs légères – une masseuse au passé douteux – comme si cela minimisait ou contredisait son accusation.

Dans une émission télévisée, par exemple, sur un plateau composé de neuf personnes (dont huit hommes), l’on s’est demandé s’il était possible qu’elle ait menti. L’un d’entre eux a même suggéré qu’elle ne disait pas la vérité car, selon lui, dans les cas de viol, il y a normalement des signes de résistance, comme des marques physiques. Elle a été contrainte de se cacher.

Plus récemment, une autre femme aurait sauté d’un balcon pour échapper à une tentative de viol. De nombreux journaux ont suggéré qu’elle était une prostituée, certains en première page, alors qu’il n’existe aucune preuve à cet égard.

Donner une image « odieuse » de la femme

La condamnation des victimes et le sensationnalisme sont malheureusement récurrents dans la couverture médiatique des violences sexuelles au Sénégal – comme nous le constatons dans ces cas. Bien que les femmes sénégalaises occupent des postes de responsabilité dans les milieux universitaires, culturels et politiques, elles semblent presque invisibles dans les médias. Lorsqu’elles font les gros titres, ce sont généralement de mauvaises nouvelles.

Je l’ai constaté en personne, lors de ma formation de journaliste multimédia, et cela m’a conduit à créer Warkha TV, une plateforme médiatique de promotion et de défense des droits des femmes. En tant que féministe et journaliste, je pense qu’il est important, voire urgent, d’améliorer la façon dont les femmes (en particulier les victimes de violence) sont traitées dans l’opinion publique.

Heureusement, je ne suis pas la seule à reconnaître ces problèmes – et à essayer de les changer. De nombreux défenseurs des droits des femmes au Sénégal, ainsi que d’autres professionnels des médias, ont également mis le doigt sur ces problèmes.

« Les médias traditionnels font un traitement extrêmement misogyne des affaires de mœurs qui impliquent les femmes. Les femmes sont avant tout présentées comme des objets, des manipulatrices ou des tentatrices », a déclaré Aminata Libain Mbengue, psychologue et féministe. « C’est extrêmement grave (...) le message envoyé est de punir les femmes. »

Daouda Diop, président de HOMDEF, une association sénégalaise composée d’hommes qui soutiennent les droits des femmes, nous a confié : « Je pense que ce qui intéresse les médias, y compris leurs téléfilms et images, c’est surtout de rendre les femmes odieuses ... pour faire accepter que c’est l’homme qui doit leader les communautés et la société. »

Nous avons également interrogé Ibrahima Lissa Faye, fondateur du journal en ligne PressAfrik et président de l’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne. Il a convenu que la plupart des médias au Sénégal semblent prompts à porter des jugements moraux lorsque les femmes font la une des journaux.

« C’est vraiment regrettable, la façon dont les médias traitent les affaires de mœurs. Nous pouvons tous constater que les femmes sont décrites sous un angle moins favorable », a-t-il déclaré. « Il y a eu beaucoup d’initiatives et beaucoup d’efforts pour renforcer les capacités des différentes journalistes dans différentes rédactions, mais cela n’a pas tellement porté ses fruits. »

Une telle couverture met en danger la vie privée des femmes – et leur sécurité. Mame Woury Thioubou, rédactrice en chef du desk culture au quotidien Le Quotidien, a déclaré : « Chaque fois qu’une femme est accusée de quelque chose, il y a toutes les chances de retrouver sa photo ou son nom à la une des journaux, et parfois sans même prendre les précautions élémentaires qui sont demandées en matière de respect des procédures judiciaires ou de respects de la confidentialité. »

Ces comportements reflètent également un manque de formation au sein des rédactions, selon Maimouna Astou Yade, présidente de l’organisation féminine JGen, qui promeut l’entrepreneuriat féminin et lutte contre l’excision et les violences sexistes. « Ils ne sont pas forcément formés sur la dimension sensible des violences sexuelles et il est parfois très problématique pour les journalistes d’utiliser les bons concepts ou de faire les bonnes comparaisons. »

Il est évident qu’il est important d’avoir des médias féministes et des journalistes féministes

Afin d’améliorer les choses, Lissa Faye estime « qu’il faut renforcer ce qui existe déjà dans les rédactions et faire en sorte que les gens qui ont suivi ces formations puissent impacter. »

Mais d’autres appellent à un changement plus important – et urgent – au sein de l’industrie des médias. Yade argue: « Il est évident qu’il est important d’avoir des médias féministes et des journalistes féministes – particulièrement des femmes qui vont apporter cette touche essentielle dans les traitements des informations. » Mbengue souhaite voir des « journalistes militantes » féministes, plutôt que simplement plus de femmes dans les médias.

À Warkha TV, nous couvrons tous les aspects de la violence à l’égard des femmes, y compris les définitions juridiques et les sanctions, car beaucoup de Sénégalais ne savent pas ce que dit la loi. Nous donnons également la parole aux femmes victimes et survivantes de la violence, pour leur permettre d’être les narratrices de leur propre vécu.

J’ai également été encouragée – malgré les nombreux défis qui subsistent – de voir certains journalistes adopter une approche plus réfléchie pour couvrir les faits impliquant des femmes.

Woury Thioubou, par exemple, a expliqué: « Quand une femme a un problème, j’essaie d’aider à présenter les choses de manière que les gens comprennent ce qui est en jeu, et que ça ne soit pas juste un fait divers parmi les autres. »

#JusticePourLouise

Les réseaux sociaux offrent, dans une certaine mesure, de nouvelles plateformes d’expression pour les voix des femmes.

Mbengue a été l’une des militantes féministes à l’origine du hashtag #JusticePourLouise, qui a attiré l’attention sur les réseaux sociaux cet été au Sénégal et dans toute l’Afrique occidentale francophone. Louise est le pseudonyme d’une écolière de 15 ans qui aurait été violée par le fils de 19 ans d’un journaliste célèbre (qui a lui-même été condamné à la prison pour viol en 2013).

Une vidéo largement diffusée de l’incident a été mise en ligne, et bien que la mère de Louise ait porté plainte, la police a tardé à enquêter. Des militants ont utilisé le hashtag pour attirer l’attention sur cette histoire et faire pression sur les autorités pour qu’elles agissent. Le 29 juin, un mois après le viol présumé, l’accusé a été arrêté. Lors d’une audience au tribunal en septembre, il a nié les accusations. Il est actuellement détenu en prison.

« Les médias sociaux sont des alternatives qui peuvent contrebalancer ce traitement problématique [des femmes] », a souligné Mbengue.

Bien qu’il reste beaucoup à faire pour changer la façon dont nos médias sénégalais couvrent la violence contre les femmes, des cas comme celui-ci me donnent un peu d’espoir – et prouvent que les voix des femmes, lorsqu’elles sont libérées, peuvent changer le monde.

Empower and protect, don’t prohibit: a better approach to child work

Bans on child labour don’t work because they ignore why children work in the first place. That is why the International Year for the Elimination of Child Labour will fail.

If we truly care about working children, we need to start trying to keep them safe in work rather than insisting that they end work entirely. Our panelists, all advocates for child workers, offer us a new way forward.

Join us for this free live event at 5pm UK time on Thursday 28 October.

Get 50.50 emails Gender and social justice, in your inbox. Sign up to receive openDemocracy 50.50's monthly email newsletter.

Comments

We encourage anyone to comment, please consult the oD commenting guidelines if you have any questions.
Audio available Bookmark Check Language Close Comments Download Facebook Link Email Newsletter Newsletter Play Print Share Twitter Youtube Search Instagram WhatsApp yourData